On a toujours besoin de sable au jardin, mais de quel sable précisément et pourquoi faire ?

Bien des jardiniers l’ignorent et, pire, certains en ont des idées fausses au point d’aggraver la situation.

Un vrai sable de rivière
Le sable qu’on emploie au jardin est un sable grossier et surtout, pas fin. C’est un sable de rivière qui est recommandé pour notre jardin. En revanche le sable de rivière est très précieux pour bouturer. Mélangez à parts égales du sable et un terreau (ou terre tamisée) pour remplir les pots dans lesquels vous piquez les boutures. Faîtes de même pour les bacs à semis. Dans les deux cas le drainage doit être parfait. Enfin pour semer des noyaux (pêche, prune, olive) vous devez les stratifier, c’est-à-dire les glisser dans une grande bassine remplie de sable que vous enterrez au pied d’un mur au nord de la maison. Les noyaux (ou les graines très dures de certains arbres) passent ainsi l’hiver avant d’être semées au tout début du printemps. On peut aussi utiliser un sable de maçonnerie s’il est grossier. Attention, le sable jaune est souvent trop fin et dans ce cas on obtient un résultat inverse à l’objectif visé, à savoir on alourdit une terre au lieu de l’alléger.

Préférez le fumier au sable en terres lourdes
En effet, une terre argileuse, dure en été et collante en hiver, donc très difficile à travailler, doit être absolument allégée en l’aérant. Or si le sable est un peu trop fin il va bétonner encore plus la terre. Et si le sable est grossier il en faudrait une énorme quantité pour avoir un résultat sur une profondeur et une surface suffisante. Quant à jeter une ou deux pelles de sable dans le trou de plantation d’un arbre, c’est bien mais l’effet est très temporaire car le sable va vite disparaître. C’est juste utile pour les oignons, bulbes et autres tubercules. Mieux que du sable, un bon fumier, bien décomposé depuis un an, décompacte une terre lourde tout en fournissant une matière organique riche.

 

 

×